#ChallengeAZ – Ma petite mamie bretonne

Nous arrivons bientôt au lancement du fameux challenge généalogique qui sera une première pour moi.

Déjà de beaux sujets en perspective parmi les participants.

Pour ma part, j’ai choisi dès le départ un thème qui me tenait à cœur : ma grand-mère maternelle…ma petite mamie bretonne qui a beaucoup comptée pour moi, et à travers elle toute la #Bretagne, cette région que j’adore, et en particulier le #Morbihan…

Rendez-vous ce 1er novembre pour faire sa connaissance !

 

 

Ses visages que je n’oublie pas #Généalogie

Nous avons tous en mémoire des visages qui nous ont marqués. Malgré le temps qui passe, ils ne s’effacent pas ; ils sont toujours présents au fond de nous. Un évènement, un prénom murmuré ou lu, une date, nous les rappellent. Et que dire lorsque nous regardons notre généalogie ! Ces visages surgissent avec ou sans photographies, et c’est la nostalgie qui prend le dessus pendant un court instant, voire plus ; une pensée qui n’est pas forcément douloureuse, une pensée qui nous fait du bien, qui nous fait sourire malgré nous !

Ces visages sont ancrés en moi et il suffit d’entendre leurs prénoms pour me plonger quelques secondes dans la mélancolie. Ce sont souvent des figurent familières rencontrées depuis mon enfance.

ThérèseLe 15 octobre dernier, fête de Sainte-Thérèse d’Avila, c’est à ma grand-tante Thérèse LE FIER DE BRAS que je pense : des images circulent dans ma tête, ces fous rires partagés à chaque fois que nous nous rencontrions. Des images de joie, de gaieté qui font du bien au moral, même si mon esprit me rappelle qu’elle nous a quittés. En pensant à elle, je souris.

En parcourant ma généalogie maternelle, des visages apparaissent : bien sûr, il y a mes grands-parents, mais aussi tante Émilie toujours en train de plaisanter venant souvent à pied de Malestroit par la voie de chemin de fer (environ 10 km) ; tonton Désiré auquel je rendais visite à vélo pendant mes vacances scolaires en Bretagne, le souvenir d’un homme très gentil, aveugle à la fin de sa vie ; tante Germaine toujours à rire aux éclats ; Désirétonton Clément et son fameux béret ; tante Lucienne et son époux, tonton « Tintin », qui vivaient près de chez ma grand-mère, et chez qui nous allions chercher du lait, ramener les vaches ; leur fils Alain qui nous rendait visite dès notre passage à Pleucadeuc (56), racontant des histoires, plaisantant… Et tant d’autres…

clément

En faisant des recherches, toujours sur ma ligne maternelle, je suis tombée sur une vidéo relatant le chemin de fer de Pleucadeuc (56), disparu aujourd’hui, transformé en voie verte, avec les témoignages d’habitants du quartier de la Gare. J’entends, sans voir le visage, une voix raconter ses souvenirs, une voix que je connais très bien, et qui à la fois me fait du bien et me fait du mal, celle de mon petit-cousin, Alain disparu en 2012 ; puis la caméra le montre, je le vois et je l’entends parler : nous sommes en 2018, un pincement au cœur, des souvenirs qui surgissent du passé… une expérience incroyable !

Des visages inoubliables, qui font partie de ma vie, de ma jeunesse car la plupart s’en sont allés à présent ! Les souvenirs restent… Des personnes souvent liées à des lieux indissociables de ma généalogie, la Bretagne, Pleucadeuc, Malestroit, Questembert, Damgan, Rochefort-en-terre, les landes, la côte bretonne…

Du côté paternel, c’est plus compliqué : placé à la DASS à l’âge de 6 mois, mon père pensait n’avoir qu’un seul frère placé avec lui. A 18 ans, il apprend qu’il en a 6 autres, qui ont vécu avec sa mère biologique. Les liens sont différents et souvent compliqués, distendus : des visages qui semblent moins marquer mon esprit, reflet sans doute de ces tensions familiales !

Il y a également tous ces ancêtres de ma généalogie sur lesquels j’aimerais mettre un visage, ne serait-ce que pour voir si on se ressemble un peu…

Et vous, avez-vous aussi des visages que vous n’oubliez pas ?